COVID-19 : Sécurité numérique et rupture de l’approvisionnement en contraceptifs comme nouveaux défis pour des relations sexuelles sûres

COVID-19 : Sécurité numérique et rupture de l’approvisionnement en contraceptifs comme nouveaux défis pour des relations sexuelles sûres

La pandémie de coronavirus redéfinit notre compréhension traditionnelle de la sexualité sans risque comme méthode de prévention des grossesses et des maladies sexuellement transmissibles, faisant de la sécurité numérique un élément tout aussi important, étant donné que nous sommes de plus en plus nombreux à aller en ligne pour chercher du plaisir, a déclaré Bryant Roosevelt, expert indonésien de la santé et des droits sexuels et reproductifs, lors d’un webinaire organisé samedi et intitulé « COVID-19 and us: a Southeast Asian conversation on sex and pleasure » (COVID-19 et nous : un débat en Asie du Sud-Est sur le sexe et le plaisir). 
À l’occasion de la Journée mondiale de la contraception, la plateforme mondiale d’e-santé Find My Method et l’association féministe indonésienne Jakarta Feminist ont organisé ce webinaire pour discuter des défis liés à la santé sexuelle et reproductive pendant la pandémie actuelle.

Des activistes de la région—Roosevelt d’Indonésie, Niq Maravillas des Philippines, Catherine Harry du Cambodge, et Yadanar de Birmanie – ont participé à cette discussion, qui était modérée par Anindya Restuviani, responsable de Jakarta Feminist et de Hollaback Jakarta. 

Asian girl using a smartphone in the city at night. Portrait of an attractive young woman having fun outdoors, neon street lights on the background digital safety sexting safe sex contraceptives coronavirus

Le sexe sans risque (numérique)

Développant le point de vue de Roosevelt sur la sécurité numérique, Yadanar – analyste de programme au FNUAP-Birmanie – a souligné l’importance de connaître les droits de chacun et le concept de consentement lors d’une rencontre numérique au sujet du sexe.

« Nous devons faire attention aux personnes avec lesquelles nous discutons. Nous devons utiliser des plateformes sécurisées. Et s’il s’agit d’une interaction occasionnelle, nous ne devons pas rendre visibles les parties de notre corps qui sont identifiables », a-t-elle conseillé. Si quelqu’un trahit votre confiance, a-t-elle ajouté, rappelez-vous que ce n’est pas votre faute mais plutôt celle de l’auteur. 

Accès aux contraceptifs

Élargissant le débat sur les rapports sexuels sans risque à l’accès et à l’utilisation des contraceptifs, Harry, une blogueuse féministe, a fait savoir qu’au Cambodge, la politique permet aux femmes de tous âges d’avoir librement accès à des méthodes relatives au sexe sans risque ; cependant, la stigmatisation qui entoure les rapports sexuels avant le mariage rend difficile l’accès aux contraceptifs pour certaines femmes.

Female customer using a smart phone to scan QR code on a medicine box digital safety contraceptives safe sex coronavirus

« L’un des défis auxquels nous sommes confrontés au Cambodge est celui des idées fausses et des barrières culturelles. Surtout pour les femmes célibataires qui font face à un jugement lorsqu’elles achètent ces méthodes. La société désapprouve les relations sexuelles avant le mariage et cela limite l’accès aux contraceptifs », a-t-elle expliqué.

Yadanar a indiqué que cette situation est similaire à celle de la Birmanie. Le coronavirus, a-t-elle ajouté, a aggravé la situation en raison de la perturbation de l’approvisionnement en contraceptifs et de l’incapacité des gens à sortir.  

Loi contre réalité

En Indonésie, a fait savoir Roosevelt, la politique sur les contraceptifs est contradictoire.

In a luxurious bathroom environment, a masculine mid-age transgender of Asian origin is preparing herself by making up in front of a very large mirror. digital safety sexting safe sex contraceptives coronavirus

« La première partie de la loi stipule que chacun a le droit de choisir le contraceptif qu’il veut ». Mais dans la partie qui vient après, il est dit que ce droit ne concerne que les personnes officiellement mariées. Elle se concentre sur la fourniture de contraceptifs aux couples mariés. Cela marginalise tant de groupes comme les jeunes, les célibataires et les homosexuels. Théoriquement parlant, tout le monde peut avoir accès aux contraceptifs. Mais l’ambiguïté de la loi et l’attitude critique de certains prestataires rendent la tâche difficile », a-t-il déclaré.

Lueur d’espoir

Parlant des Philippines, Maravillas a affirmé que la loi nationale prévoit la fourniture de contraceptifs gratuits aux groupes marginalisés et aux adolescents. Maravillas, qui travaille avec le Forum for Family Planning and Development, a fait savoir que cette loi a été adoptée en 2 012 après 10 ans de lutte.

Mais, dit-elle, des lacunes subsistent car le sexe est un sujet tabou dans le pays. « Cela constitue un défi. Mais heureusement, de nombreuses organisations non gouvernementales et gouvernementales font pression en faveur d’une éducation sexuelle complète. Et nous avons maintenant de nouveaux services de santé orientés vers les jeunes. Ces services amélioreront la situation », espère-t-elle. 

Vous pouvez regarder l’intégralité du webinaire ci-dessous. Et aussi sur nos plateformes de médias sociaux : YouTube, Facebook, et Twitter

Avez-vous quelque chose à partager ? Laissez vos commentaires ci-dessous, contactez-nous sur nos plateformes de médias sociaux : Facebook, Instagram et Twitter ou envoyez-nous un courriel à [email protected] Pour plus d’information sur la contraception, veuillez visiter findmymethod.org